Publié le 24 juillet 2020

L’équité salariale pour les travailleurs en ressources intermédiaires

Voici une lettre ouverte adressée à Monsieur Christian Dubé, Ministre de la Santé et des Services Sociaux ; Madame Marguerite Blais, Ministre responsable des Aînés et des Proches aidants ainsi que Madame Sonia LeBel, Présidente du Conseil du trésor.

_________________

Mesdames et Monsieur,

Nous sommes les parents d'un homme de 33 ans vivant avec une déficience intellectuelle qui réside dans une Ressource Intermédiaire (RI) située à Sainte-Lucie-des-Laurentides et gérée par Alain Lessard et Amanda Abergel. Une ressource qui est sous contrat avec la CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île de Montréal. Cette RI offre des services à 18 personnes ayant une déficience intellectuelle et présentant des troubles graves du comportement, tels que l'agressivité et l'automutilation. Notre fils a besoin de recevoir des soins dans cette RI parce qu'il a des comportements à risque. Il existe plus de 1 000 ressources intermédiaires au Québec. De celles-ci, 376 hébergent des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Elles sont hautement spécialisées et représentent les seules ressources disponibles au Québec pour ces personnes parmi les plus vulnérables. Beaucoup d’entre eux ont d’ailleurs des comportements très difficiles. Le gouvernement du Québec doit absolument reconnaître et valoriser ce travail important et exigeant des personnes qui en prennent soin. Voilà pourquoi nous vous contactons aujourd'hui.

Nous vous écrivons dans le contexte critique des négociations qui viennent de débuter entre le Conseil du Trésor et l'Association des Ressources Intermédiaires d'Hébergement du Québec (ARIHQ) concernant le renouvellement de l'Entente nationale avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), laquelle s'est terminée le 20 mars 2020. Nous représentons un grand nombre de parents, frères et sœurs et autres proches de personnes vivant avec une déficience intellectuelle qui habitent dans les RI.

L’équité, rien de moins

Il nous apparaît urgent de vous faire part de notre profonde préoccupation sur l’iniquité entre les salaires des travailleurs (préposés, intervenants, etc) du réseau des RI et ceux du réseau public. Le gouvernement du Québec doit absolument offrir une solution financière juste et équitable aux travailleurs qui assurent les soins aux résidents en RI, afin que ceux-ci bénéficient de la même compensation financière que les préposés des établissements de santé publics, tels que les CHSLD.

Actuellement, le taux horaire moyen pour un préposé en RI est de 14,10 $. Le taux horaire pour le poste équivalent (préposé) dans un établissement de santé du secteur public, est de 21 00 $, soit 35 % de plus! La nouvelle formation de préposé offerte cet été donnera des salaires de 26$/h.

Nous sommes convaincus que ces deux postes sont équivalents. Par conséquent, le fait que les travailleurs en RI soient moins bien payés que les préposés des établissements de santé du secteur public est inacceptable pour nous. Il semble que le gouvernement maintienne délibérément les RI dans un état de précarité extrême pour son propre bénéfice en

 

sous-traitant l’hébergement des personnes vulnérables, à des prix dérisoires pour sauver des millions de dollars. Ces économies sont réalisées sur le dos de personnes comme mon fils, et ça doit changer. C’est non seulement une question d’équité, mais également une question d’humanité et de dignité.

 

 

Voici une liste de toutes les raisons pour lesquelles le gouvernement du Québec doit traiter les travailleurs en RI de façon juste et équitable et leur accorder les mêmes salaires que les préposés dans les établissements de santé publics.

  1. Les tâches confiées aux travailleurs en RI et dans un établissement de soins de santé public sont équivalentes. En fait, l'employé en RI a de plus grandes responsabilités que le préposé dans un établissement de soins de santé.
    1. Par exemple, dans un établissement public, il y a des infirmières qui assument certaines responsabilités, comme l'administration de médicaments, alors que dans les RI, c’est au préposé ou à l’intervenant que revient la tâche d’administrer les médicaments.
    2. Dans un établissement public, les préposés à l'alimentation préparent les repas alors que dans les RI, ce sont les travailleurs qui les préparent.
    3. Dans le cas d'une situation d'urgence nécessitant un soutien supplémentaire, le préposé au public peut faire appel au soutien de l'équipe alors que dans les RI, le travailleur doit résoudre la situation avec des ressources beaucoup plus limitées.

 

  1. Les travailleurs en RI sont confrontés régulièrement et quotidiennement à de nombreux défis professionnels complexes que les préposés des établissements de soins de santé n'ont pas à relever, ou alors seulement de façon exceptionnelle. C'est le cas en ce qui concerne les comportements très difficiles présentés par certaines personnes vivant avec une déficience intellectuelle, comme les agressions graves et l'automutilation. La rémunération des travailleurs en RI doit tenir compte de ces tâches complexes et exigeantes.

 

  1. Il existe un écart important entre la rémunération des travailleurs en RI et celle des travailleurs du réseau public depuis trop d’années. Cette situation a eu pour résultat de rendre très difficile la rétention des travailleurs en RI, car ils choisissent souvent des conditions de travail et des salaires plus attrayants dans les établissements publics. Cela a eu un impact négatif considérable sur les résidents en RI, car les résidents vivant avec une déficience intellectuelle ont un grand besoin de stabilité et de continuité dans leurs soins. Le fort roulement de personnel engendre une instabilité de l'état émotionnel des résidents et une augmentation des comportements à risque, tels que l'agression et l'automutilation. L'inégalité de rémunération des travailleurs des RI va en fait à l'encontre des objectifs et des normes de service du CIUSSS concernant la santé et le développement positif des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.

 

  1. Comme vous le savez, les Québécois sont très conscients et vigilants en raison de la crise de la COVID-19 et de son impact sur les établissements de santé. Ils savent que le gouvernement doit financer adéquatement les milieux d’hébergement et leurs travailleurs. Si le gouvernement du Québec ne garantit pas l'équité salariale des travailleurs en RI par rapport aux préposés dans les établissements de santé publics, cela risque de mettre en danger la santé des résidents très vulnérables qui vivent dans les RI, que ce soit par rapport à la crise COVID-19 ou à d'autres conditions médicales. Le cas échéant, le gouvernement du Québec devra porter la responsabilité de mettre notre fils et des milliers d'autres personnes vulnérables vivant avec une déficience intellectuelle en danger. Nous ne voulons pas que la situation des CHSLD se transpose dans les RI parce que le gouvernement refuse d'offrir des salaires équitables aux travailleurs en RI.

 

Pour toutes ces raisons, nous espérons que vous constaterez qu'il est désormais politiquement inacceptable et contraire à l'éthique et à la dignité humaine de maintenir un écart de rémunération entre les travailleurs en RI et les travailleurs du

 

réseau public. Rien ne peut justifier cette différence. Les milliers de familles de toutes les régions du Québec dont les proches vivent dans des ressources intermédiaires et qui joignent leur voix à la nôtre n'accepteront jamais cet écart salarial indécent et ce manque de respect à l'égard des travailleurs des RI et des résidents.

 

 

Assurer la justice pour les travailleurs en RI, qui accomplissent un travail aussi difficile, implique d'assurer des soins de qualité aux personnes vulnérables de nos familles aux prises avec une déficience intellectuelle et des problèmes de comportement complexes. Nous ne pouvons accepter rien de moins qu'une équité salariale complète entre les travailleurs des RI et les préposés des établissements de soins de santé.

Nous vous remercions de l'attention que vous portez à cette lettre. Nous apprécierons grandement une réponse de votre part pour nous indiquer comment vous comptez répondre à nos préoccupations spécifiques. Nous vous contacterons également pour une demande de rencontre avec une délégation de représentants des familles. Les personnes vivant avec une déficience intellectuelle sont parmi les plus vulnérables de la société québécoise et nous comptons sur votre leadership, vos valeurs et votre sens de l'humanité pour faire ce qui s'impose afin d'assurer des soins de qualité à ces personnes.

Merci bien pour un accusé de réception de cette lettre. Cordialement,

 

Donald and Glenda Bidd

Au nom du Comité des parents demandant le traitement équitable pour les travailleurs dans les Ressources Intermédiaires

 

cc.

Monsieur Jonathan Valois, Directeur de cabinet, Ministre de la Santé et des Services Sociaux

Monsieur Vincent Lehouillier, Sous-ministre adjoint à la Direction générale du personnel réseau et ministériel (DGPRM), Ministère de la Santé et des Services Sociaux

Madame Annie Lemieux Conseillère politique, Ressources intermédiaires et familiales, Ministre des Aînés et des Proches aidants

Madame Nathalie Rosebush, Sous-ministre adjointe à la Direction générale des aînés et des proches aidants, Ministre des Aînés et des Proches aidants

Madame Caroline Thibault-Gervais, Conseillère politique, Négociations, Conseil du trésor

Retour à la salle de presse

Plan du site

Conception par Caméléon Web - Design - Marketing